So'cru !

Ateliers sur l'alimentation vivante


2 Commentaires

Gadget à roulettes ?

Pas si sûr… et quand bien même, j’adore les gadgets pour la cuisine ! Je sais, c’est mal mais bon…
Et celui-ci est vraiment top ! Ce pantographe à roulettes vous découpe une série de crackers en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Je n’étais pas très douée pour faire des lignes droites avec un couteau mais avec cet instrument, je me débrouille pas mal… et mes crackers sont maintenant tous égaux !

Mais vous voulez la recette, peut être ?

Il faudra faire germer
200g sarrasin : cela donnera environ 400g après germination de 3 jours.
Commencez par  mixer 2 grosses carottes, 1 poivron rouge ou une pomme, 1 oignon, 3 g d’ail, une bonne cuillère à soupe de curry, du cumin et du curcuma, et 2 c à soupe de farine de graines de lin et un bon « plouf » d’huile d’olive, ajoutez le sarrasin en dernier et ne mixez plus trop, pour lui laisser de la texture. Vérifiez que cela s’étale facilement… sinon ajoutez encore un peu d’huile ! Goûtez et ajustez sel et poivre... puis ajoutez une grosse poignée de feuilles de coriandre ciselées ! 
Etalez régulièrement sur une feuille de Teflex, découpez en carrés ou rectangles réguliers et séchez 2 à 3 h au Daisy-drateur. Quand la surface est sèche, enlevez la feuille de Telfex.

Pour cela poser un plateau avec sa grille sur les crackers et retournez le tout. Soulevez délicatement la feuille de Teflex et daisy-drater encore 6 à 8h –  jusqu’à ce que les crackers soient bien croustillants !
Vous pouvez faire cette recette au four, le plus doux possible (je ne peux pas vous dire combien de temps car je ne l’ai jamais testée au four!) avec la porte ouverte pour laisser échapper l’humidité. A mon avis 1 ou 2 heures devrait suffire mais je vous conseille de surveiller…

Sinon vous pouvez commander les crackers ici

Publicités


Poster un commentaire

Vendredi soir, sur la terre…

La cuisine crue est souvent appelée alimentation vivante.

Aujourd’hui ce mot de vivant résonne étrangement. Mais tout ce qui est vivant me parle aujourd’hui plus encore qu’hier.
Je vous convie donc à venir participer à un atelier découverte de cette alimentation pleine d’énergie et de force qui saura nous aider à garder le moral et foi en l’avenir.

IMG_0922

Exemple de plats crus

Vendredi 27 novembre, de 18h30 à 21h environ, vous découvrirez les bases, les gestes et les recettes d’une autre manière d’envisager l’alimentation.

Merci de vous inscrire en cliquant ici en choisissant la date dans le menu déroulant.
Vous pouvez également m’envoyer un mail à socrusogood@gmail.com.

Vous recevrez une confirmation et l’adresse quelques jours avant.
Un minimum de 4 participants est nécessaire pour que l’atelier se tienne 🙂

 


Poster un commentaire

Kale salade !

Naviolis

Nourritures terrestres et conversations enrichissantes … Merci à toutes les participantes de ce vendredi cru !

Au menu, nous avons préparé la soupe de potimarron (dont la recette figure un peut plus bas), des « naviolis » betterave orange et une salade de kale, grenade et graines de courges. Gouter des faux-mages… Et pour finir un petit crumble pommes poires, crunchy noix de coco – noix du brésil !

Vous laisserez vous tenter par le prochain atelier ?

Le 20 ou le 27 novembre, pour déjeuner ou pour diner, à vous de voir ….


1 commentaire

Couleurs et saveurs d’automne

Soupe crue Potimarron Mangue Coco

En cette saison où la température baisse et les couleurs changent,  l’envie de soupe devient pressante…et bien une soupe crue, c’est possible !
On a dit crue, pas glacée !
Rien de vous empêche de chauffer votre soupe ou comme dans la recette ci-dessous, d’utiliser de l’eau très  chaude pour mixer le potimarron ! cela suffira à réchauffer la soupe (à condition de la boire rapidement quand même !). Le gingembre et le curcuma achèveront de vous donner un petit coup de fouet revigorant.

En plus d’être absolument délicieuse et bonne pour la santé, cette soupe est préparée en moins de 10mn ! Eplucher le potiron sera la partie la plus longue… (vous pouvez ne pas l’éplucher si vous avez un Vitamix ou un blender vraiment puissant ! ) Quand le potiron est cuit, il n’est pas nécessaire de l’éplucher mais, je vous conseille d’ôter la peau pour cette version crue.

Bien que je ne vois pas l’utilité de cuire le potimarron, vous pouvez tout à fait réaliser une version cuite de cette recette ! Mais cela sera plus long et pas meilleur au goût (j’ai testé les deux versions) et forcément moins riche en vitamines et autres nutriments sensibles à la chaleur 🙂

 

La soupière !

La soupe dans sa soupière !

Ingrédients pour 2 ou 3 grands bols :

  • 1/4 de potimarron épluché
  • Eau bouillante
  • 1/2 mangue
  • 1/2 échalotte
  • 2 c. à soupe de crème de coco bien épaisse
  • le jus d’un 1/2 citron
  • 1 cm de curcuma en racine (à défaut en poudre)
  • 1 cm de gingembre
  • sel, poivre au goût
  • 1/2 bouquet de coriandre

Préparation :

Faire bouillir de l’eau.

Découper le potimarron en petits morceaux, le placer dans le blender et le couvrir d’eau très chaude. Laisser reposer quelques instants pour « attendrir » le potimarron.

Pendant ce temps, éplucher ou nettoyer le curcuma* et le gingembre. Mixer le potimarron une minute.

Ajouter tous les ingrédients sauf la coriandre et mixer à nouveau afin que la consistance soit bien lisse.
Ajouter la coriandre et mixer par à coups pour laisser quelques morceaux de feuilles.

Déguster sans attendre.
Vous pouvez aussi la réchauffer quelques instants mais attention à ne pas dépasser 45° pour qu’elle reste crue !

*Attention à mettre des gants quand vous épluchez le curcuma, c’est un colorant puissant.
**Si vous ne trouvez pas de crème de coco, vous pouvez utiliser du lait de coco. Faites le chauffer sans bouillir et ne mettez pas d’eau ou très peu.

 


Poster un commentaire

Smile and say « Cheese »


Je souris donc et je  fais des frawmages….
Cette semaine j’ai découvert un site américain sur la Raw food très inspirant – Nouveau Raw.
J’y ai trouvé la recette de ce faux gruyère…

enfin, bon…

comment dire…

Soyons parfaitement honnête, on ne retrouve malheureusement pas le goût de l’emmenthal ou du  gruyère !

Comment décrire le goût, hum… cela ressemble plutôt à une terrine de légumes  !
C’est intéressant, plutôt bon, très bon même, mais assez loin d’un vieux comté !
Et c’était plutôt amusant à réaliser, les trous sont fait avec une paille ! 🙂
Moitié moins de noix de cajou que la recette de base, de la moutarde, du citron, de la levure malté, et pour finir de l’agar agar mixé dans de l’eau bouillante et ajouté au dernier moment dans le blender … La recette originale contient  aussi des graines d’aneth !!! pas trouvé donc pas mis !

Et pour les frawmages colorés, prenez la recette de base (noix de cajou et probiotique), remplacez l’eau par du jus de poivron rouge pour faire le « orange » ou par du jus de betterave pour faire le rose, et voilà un plateau bien coloré !
Un tour au déshydrateur permet même d’avoir une croûte !

Et si vous veniez tester au cours d’un atelier ?
Inscrivez-vous en cliquant sur le bouton Réservations !


Poster un commentaire

Ma patience a des limites !!!!

Je pourrais vous faire croire que j’ai tenu bon mais non !

Et oui, j’ai (presque) honte …. mais j’ai craqué avant le 1er octobre !

Fromage de noix de cajou

28 jours plus tard….

Je me suis dit que le goût ne changerait plus vraiment en trois jours donc je n’ai pas résisté.

Après 28 jours, le faux-mage a pris une saveur un peu acidulée et une consistance plus ferme  ! Il a réduit de moitié le bougre… Mais ni plus ni moins qu’un fromage de chèvre frais que l’on affine donc processus normal !  Difficile de partager un goût avec une photo et vous devrez me croire sur parole, il est parfait !

Si vous êtes tenté par l’expérience, suivez la recette de l’article précédent ou mieux venez participer à un atelier avec moi. Cliquez sur le bouton Réservations Ateliers et à très bientôt !


1 commentaire

On va pas en faire un fromage !

Hé bien si ! pourquoi pas….

 Ail et ciboulette

Ail et ciboulette

Et pas qu’un, mais deux ou trois faux-mages ou frawmages. Plusieurs orthographes possibles pour ces faux fromages ou fromages « crus » (encore que le terme Raw soit à mon avis un peu déplacé ici, la plupart des fromages dignes de ce nom se font au lait cru, non !). Je préfère les appeler faux-mages car pour être parfaitement honnête, vous ne pourrez pas avec cette méthode avoir un fromage type camembert bien coulant…. enfin si l’un d’entre vous trouve le moyen d’imiter ce genre de pâte, je suis preneuse de la recette !

Raisins secs et romarin

Raisins secs et romarin

Mais vous pourrez quand même retrouver la saveur d’un fromage frais aux fines herbes ou de ces fromages enrobés d’herbes sèches.

Et si vous avez la patience de le laisser s’affiner plusieurs semaines – vous pourrez même obtenir un fromage plus sec style crottin de chèvre. si, si !

Ces faux-mages sont intéressants à plus d’un titre. Si vous avez décidé d’arrêter les produits laitiers, il y a des chances que le fromage vous manque, non ? fromage ou dessert vous saurez quoi choisir !
Vous pouvez avoir une allergie à la lactose ou à la caséine, ou tout simplement être curieux de tester de nouvelles saveurs. Car vous verrez c’est bon, vraiment bon !

Selon la recette et en variant les noix utilisées vous obtiendrez également des résultats différents. Pour ceux présentés ici, j’ai utilisé des noix de cajou comme ingrédients de base et de l’eau. Mais vous pouvez préférer les amandes, les noix de macadamia, et du jus de légumes à la place de l’eau.

Fauxmage lavande fenouil et ail et fines herbes

Fauxmage lavande fenouil et ail et fines herbes

Voyons un peu la recette ! retrouvez une variante de la recette, clic ici !

2 tasses de noix de cajou ou de macadamia mises à tremper 8h puis égouttées,
1 c à café de probiotique (en pharmacie ou magasin bio),
1 tasse d’eau,
1 c à soupe de levure maltée,
sel et /ou du citron
Pour aromatiser :
A : ail, ciboulette, poivre ou
B : raisins secs, romarin

Mixer les trois premiers ingrédients dans votre blender jusqu’à avoir une crème bien lisse.
Ajouter éventuellement de l’eau si le blender peine à tourner.

Transvasez la crème obtenue dans une passoire recouverte d’un tissu à fromage (genre étamine) suffisamment grand. Refermez le tissu et déposez un poids sur le tout pour forcer l’égouttage. Attention à ne pas mettre un poids trop lourd quand même. On veut égoutter mais pas forcer le fromage à travers le tissu 🙂
Laissez à température ambiante 24h environ mais pas plus de 48h.

Ensuite transvasez la crème dans un bol, ajoutez les ingrédients A ou B ou autres selon votre goût.
Avec deux tasses de noix de cajou, vous avez assez de crème pour faire deux parfums différents. Mélangez bien et transvasez dans un cercle en métal pour former un fromage rond (ou autre moule facile à ôter). Je pose généralement le moule sur une feuille de papier afin de pouvoir le retourner facilement ensuite. Lissez bien la surface et mettez au frigo une journée.

IMG_2877IMG_2876

Au bout d’une 24h, vous pouvez ôter les cercles. Si ce n’est pas assez ferme, attendez encore une journée.
De temps en temps, vous pouvez les retourner afin qu’ils sèchent sur toutes les faces.

IMG_2879IMG_2884

Ensuite, le supplice commence. Il faut attendre…
ou pas !

Je vous conseille d’attendre quand même, quelques jours avant d’entamer le premier faux-mage pour que les parfums se diffusent bien. Et si vous pouvez, attendez encore – un mois ?- pour tester une version plus affinée. Le faux-mage va réduire, les goûts vont se concentrer… comme un vrai fromage !

Si je résiste, je vous ferai une photo dans un mois !
Rendez-vous le 1er octobre 🙂 pour voir l’aspect de mes faux-mages.